USA – Roadtrip sur la Côte Est #1

Classé dans : Horizons lointains | 2

 

White Mountains

 

Les Etats-Unis sont certainement le pays dans lequel j’ai passé le plus de temps (en dehors de la Belgique évidemment).

En effet, j’y ai vécu quelques mois et m’y suis rendue à de nombreuses reprises. Je suis encore pourtant loin d’en avoir fait le tour ! C’est pourquoi fin septembre, j’étais impatiente – émue – à l’idée d’y remettre les pieds.

Cette fois pour un roadtrip sur la côte est : une boucle au départ de New York !

 

 

Jour 1 : Bruxelles – New York – Waterbury (CT)

 

Après un vol direct et agréable, nous voici arrivés à JFK. Douane relativement rapide et sympathique, ce qui n’est pas toujours le cas aux USA puis direction Alamo pour prendre possession de notre Jeep Patriot. Nous prenons tout de suite la route pour notre première étape qui ne sera pas New York (on le garde pour la fin !).

On se rend dans une petite ville dont vous n’avez certainement jamais entendu parler : Waterbury dans le non moins célèbre état du Connecticut 🙂 Vous ne situez pas ? J’ai envie de dire que c’est normal ! Si nous n’avions pas de la famille là-bas, nous n’y aurions certainement jamais mis les pieds. Il y a pourtant pas mal de choses potentiellement intéressantes à y faire mais ce n’est pas l’état le plus glamour de prime abord, je vous l’accorde.

Notre programme des prochains jours sera essentiellement composé d’apéro, de restaurants, de papote et de shopping. Et ça commence dès notre arrivée ! A peine le temps de prendre une petite douche pour affronter la fête et le décalage horaire 😉

 

 

Jour 2 : The Big E / Springfield (MA)

 

Après un petit déjeuner pancakes / bacon, nous voici partis pour un genre de foire The Big E dont je n’ai toujours pas réussi à clairement définir le principe. L’événement draine énormément de monde. On y mange, on y boit et on admire des cochons géants tout autant que du mobilier et des tondeuses… Il y a même des concerts !

On peut aussi y découvrir le Storrowton Village, un petit parc autour duquel se dresse des bâtiments des 18e et 19e siècles typiques de la Nouvelle-Angleterre, visitables et peuplés de gens en costumes.

Big E

Big E

Un peu plus loin, l’Avenue des Etats est constituée de répliques des Statehouses des six Etats de cette région. Il faut entrer dans chaque bâtiment pour y découvrir son artisanat, ses spécialités culinaires et les informations des offices du tourisme. Inutile de vous dire que ce sont les magasins et les stands de nourriture qui ont le plus de succès ! D’ailleurs, je vous recommande chaudement la bière au potiron et à la cannelle mais aussi les fruits de mer en tout genre, non sans oublier les pommes de terre au four du Maine.

Curieux mélange.

Je pense que je ne me serais jamais rendue dans cet endroit sans y avoir été amenée par des américains. Je n’en avais jamais entendu parler mais cela m’a réellement donné l’impression de vivre une journée d’immersion en Amérique profonde. Celle qui mange trop, écoute de la country et est fan de grosse voiture. Je sais, c’est un peu cliché mais ça se vérifie quand même :-p

 

 

Jour 3 : Waterbury (CT)

 

Après un bon petit-déjeuner en famille, nous partons pour la traditionnelle visite au cimetière. Cimetières américains beaucoup plus verts que les belges. J’y trouve l’atmosphère moins lugubre et plus apaisée. On se raconte des vieilles histoires sur ceux qu’on ne verra plus et finalement on n’en part pas le cœur trop lourd.

On passe par la Taft School, splendide école privée basée à Watertown avant d’entamer une journée dédiée au shopping. Rien de passionnant pour vous. A moins que vous n’aimiez les bijoux fantaisie, les sacs, les foulards etc. Dans ce cas, je me dois de vous donner le nom de mon magasin préféré qui n’est hélas pas présent en Europe (ou tant mieux pour mon compte bancaire en fait) : Charming Charlie ! Tout y est classé par couleurs et pour des prix raisonnables. Ceux qui connaissent ma passion pour les boucles d’oreilles peuvent facilement imaginer le temps pris pour parcourir tous les recoins du magasin !

Et le soir, à votre avis ? Apéro et restaurant évidemment ! Avant de prendre un dernier verre dans la nouvelle maison d’une de mes cousines. L’occasion de me rappeler que c’est tout à fait normal là-bas de mettre des glaçons dans son vin. Même quand c’est du rouge ! (j’entends déjà certains amis s’étrangler en me lisant)

 

 

Jour 4 : Waterbury (CT) – Wethersfield (CT) – Deerfield (MA) – Conway (NH)

 

C’est ce matin que nous prenons la route vers le nord pour les White Mountains dans le New Hampshire. Difficile de dire au revoir quand on ne sait pas quand on se verra la prochaine fois…

Premier arrêt à Old Wethersfield, jolie petite ville dans la banlieue de Hartford (où nous ne nous rendrons pas mais qui vaut la peine pour le Wadsworth Museum et la maison de l’écrivain Mark Twain). Fondée en 1694, la vieille ville conserve plus de 100 maisons des 17e et 18e siècles dont certaines sont visitables. Une balade dans la Main Street permet également de se rendre compte que la saison d’Halloween est ouverte et que les habitants ne manquent pas d’humour quant à l’élection présidentielle toute proche.

Wethersfield

Wethersfield

Wethersfield

Wethersfield

Nous laissons le Connecticut derrière nous pour le Massachusets et la bourgade de Deerfield.

Je n’avais jamais entendu parler de Deerfield et pourtant c’est un coup de cœur. Cette petite ville à l’histoire dure et compliquée offre maintenant un superbe ensemble de bâtiments de divers styles anciens dans un écrin de verdure peuplé d’écureuils surexcités par la constitution de leur réserve hivernale. On peut s’y promener pendant un bon moment et même visiter plusieurs édifices. Mention spéciale au bureau de poste toujours en activité et mignon tout plein.

Deerfield

Deerfield

Deerfield

Deerfield

Deerfield

Deerfield

En chemin, nous croisons le lac Winnipesaukee qui est le plus grand lac du New Hampshire (480 km de rives et 200 ilots quand même). C’est superbe et assez calme à cette saison, nous rencontrons davantage d’oiseaux que d’êtres humains.

Winnipesaukee

Winnipesaukee

La région des White Mountains est enfin à notre portée ! On ne le sait pas encore mais on va en prendre plein la vue ! Il s’agit de la région la plus montagneuse de Nouvelle-Angleterre, idéale pour la randonnée ou le ski. En automne, les couleurs y sont splendides.

En attendant, nous déposons nos affaires dans notre motel au bord de la route principale à North Conway (pas forcément pittoresque comme localité mais très pratique pour découvrir la région). Vu le nombre de possibilités de logements (hôtels, cabanes, motels, camping…) dans les environs, on devine que l’endroit est assez touristique. Mais fin septembre en semaine on ne se marche pas dessus. On atterrit au pub Muddy Moose pour le souper, tout à fait ce qu’il nous fallait : une bonne bière, un burger et une déco tout en bois.

 

 

Jour 5 : White Mountains (NH)

 

Le ciel est couvert. Cela n’incite pas à partir en vadrouille. Heureusement on découvre une adresse géniale pour un petit-déjeuner typique et réconfortant : Peach’s !

On y trouve tout ce que l’on peut souhaiter dans un cadre super accueillant et un service attentif. Nous y retournerons donc chaque matin !

White Mountains

White Mountains

Finalement nous prenons la route vers le Mont Washington. Nous passerons devant le parc Story Land dont les bâtiments égayent la route puis par le pont couvert de Jackson. Un petit goût de « Sur la route de Madison » à part que Clint Eastwood n’est pas de la partie.

White Mountains

White Mountains

On s’arrêtera aussi marcher un peu pour aller découvrir Glen Ellis Falls, une chute d’eau facilement accessible. Non sans avoir payé 3$ parce que la préservation de la nature nous tient à cœur, mais quand même, ils sont bien bisounours les gens par ici ?!

White Mountains

White Mountains

White Mountains

Pour découvrir le Mont Washington (1917m), 3 possibilités : marcher (4 heures d’ascension selon des allemands ayant l’air plutôt sportif), le petit train construit en 1869 et traversant des pentes vertigineuses ou une piste de 8 miles à effectuer en voiture (payant). C’est cette dernière option que nous avons choisie afin d’être libres de nos arrêts.

Il faut savoir que c’est à son sommet que les vents les plus violents au monde ont été enregistrés en 1934 : 372 km/h ! Pourtant lors de notre venue, il n’y avait pas une once de vent ! La faune est la flore sont adaptées à ce climat et au fil de l’ascension, il est étonnant de constater à quel point le changement est manifeste. Vu comme les arbres sont tordus, rapetissent de mètre en mètre pour finalement disparaitre, on comprend que la vie ici ne doit pas être facile.

White Mountains

White Mountains

Nous sommes passés au dessus des nuages et bien que la brume nous rattrape de temps en temps, la vue est superbe. On en profite pour abandonner quelques fois la voiture pour partir sur les sentiers. Je vous conseille notamment le Huntington Ravine Trail et son « jardin de pierre ».

White Mountains

White Mountains

Au sommet se trouvent quelques bâtiments dont la Tip Top House, un vieux refuge tenu au sol par des chaines afin de résister aux conditions climatiques. Sous le cafeteria, une petite exposition se révèle assez intéressante et amène à s’interroger sur l’éternelle volonté de l’être humain à aller plus loin et à se mettre dans des situations bien périlleuses pour y parvenir.

White Mountains

White Mountains

Le parking semble suspendu dans le ciel, drôle d’impression au moment de récupérer notre voiture. On grignote puis on redescend vers la « civilisation ». Mais nous sommes prévenus : il faudra faire des pauses car les freins vont être mis à rude épreuve. Et de fait, une petite odeur de brulé flottera parfois dans l’air.

White Mountains

White Mountains

Sous un soleil inattendu, nous continuons notre voyage en passant par Crawford Notch et un stop dans un Dunkin Donuts (pas de la grande cuisine mais rapide et efficace).

En approchant de notre camp de base, le climat se détériore. Nous optons donc pour la visite d’un outlet local puis un burger dans un pub très typique où les ZZ top se sentiraient certainement comme chez eux.

 

 

Jour 6 : White Mountains (NH)

 

Devinez quoi ? On est retourné chez Peach’s ! Objectif officiel : étude comparée des pancakes en Nouvelle-Angleterre 🙂

Mais cette fois, on démarre tôt car le bleu du ciel est étincelant. On emprunte la Kangamagus Highway qui vaut à elle seule le détour. Des ponts couverts, des rivières, des chutes d’eau…

White Mountains

White Mountains

White Mountains

White Mountains

On n’avance pas très vite. Dois-je préciser que mon envie compulsive de prendre photos n’aide pas ? Et comme les américains sont des gens plutôt organisés, plusieurs points de vue ont été aménagés pour profiter du spectacle.

White Mountains

White Mountains

En arrivant à Lincoln, nous pensions faire des emplettes pour le pique-nique. Est-ce parce que beaucoup de magasins sont fermés ou parce qu’on a raté la rue commençante mais nous finirons dans une station essence / supérette qui ne devait plus avoir vu de contrôle sanitaire depuis longtemps !

Nous voilà repartis (avec encore beaucoup d’arrêts) pour arriver à Flume Gorge, une étroite et profonde gorge de granit au pied du Mont Liberty. L’entrée est payante mais cela vaut la peine de parcourir la gorge, découvrir les cascades et les bassins puis de marcher dans les bois qui les entourent.

White Mountains

White Mountains

White Mountains

Ce soir, on fait l’impasse sur les pubs et on choisit un bon italien qui propose un menu de saison autour du potiron. L’ambiance est cosy, la musique délicieuse et le barman très sympa. Si vous avez l’occasion, allez faire un tour chez Vito Marcello !

 

 

Jour 7 : Conway (NH) – Portsmouth (NH) – Salem (MA) – Boston (MA)

 

Passage obligé par Peach’s, photos de la gare et nous voilà en route pour une journée bien remplie.

Notre première étape est Portsmouth sur la côte, ancienne capitale et unique port de l’état. Il fait bon se promener dans les vieux quartiers et sur les quais afin de sentir toute l’atmosphère de la ville.

Je traine un guide usé sur la région avec moi et il propose justement un petit circuit, on décide donc de se laisser porter entre églises, charmantes petites rues  et de vieilles maisons rénovées ou non.

Portsmouth n’était pas prévue au programme et il ne faut pas faire des centaines de kilomètres pour y aller mais elle mérite bien qu’on s’y attarde un peu. D’ailleurs pour ceux qui le souhaitent, le Strawbery Banke Museum est un village-musée illustrant plus de 300 ans d’architecture américaine.

Portsmouth

Portsmouth

Portsmouth

On recharge les batteries avec un sandwich, on fait nos adieux au New Hampshire et on prend la direction de Salem, la ville des sorcières.

Salem j’y suis déjà allée. Un jour de tempête de neige qui m’avait fait visiter de fond en comble le Peabody Essex Museum pour rester à l’abri. Cette fois-ci, nous allons donc plutôt explorer la ville.

Cette cité créée en 1626 témoigne d’une histoire mouvementée dont l’épisode le plus connu est celui de la chasse aux sorcières : 200 personnes accusées dont une vingtaine pendue. Avec cette réputation et en période d’Halloween, je vous laisse imaginer le nombre de personnes au look particulier que l’on peut y croiser. La citrouille est reine et les cimetières plein de visiteurs !

Nous démarrons notre promenade par une balade dans le centre commerçant avant de nous diriger vers le Salem Common bordé de belles demeures avant de nous perdre dans les vieux quartiers puis d’aller admirer la célèbre Maison aux 7 pignons qui inspira l’une de ses plus grandes œuvres à Nathaniel Hawthorne. Elle est visitable.

Salem

Salem

Sur le port, plusieurs bâtiments subsistent. Il ne faut pas hésiter à lire les explications car l’histoire de port est intimement liée à celle de la ville et de ses grands hommes. Après un passage obligé dans un vieux cimetière, nous prolongeons vers Chesnut Street dont les maisons illustrent la richesse passée de Salem. Et comme la nuit tombe et que les lumières intérieures s’allument, on a l’occasion d’apercevoir leurs splendides intérieurs.

Salem

Salem

Il est temps de se rendre à Boston, en espérant ne pas tomber dans les embouteillages. Impression bizarre après avoir passé une semaine loin du rythme trépidant et de la foule des grandes villes.

C’est avec émotion que je reviens à Boston, mon second chez moi. En cherchant le parking de l’hôtel dans le quartier de Back Bay, nous tombons sur un employé qui nous renseigne et nous demande d’où on vient. Il connait bien la Belgique pour avoir vécu quelques années à Anvers. Quand il me demande comment il se fait que je parle bien anglais et que je lui dis que j’ai vécu ici, sa réponse est simple : Welcome home. Oui… bienvenue à la maison. Et j’ai envie de le prendre dans mes bras ! 🙂

 

 

Jour 8 : Boston (MA)

 

Boston en deux jours c’est difficile. Et quand la pluie s’en mêle ça devient mission impossible ! Cette ville chère à mon cœur nous reçoit donc avec une drache bien belge. Dans ce cas là, un seul programme : manger – musée – shopping !

On commence par traverser le Prudential Center, histoire de rester au sec, avec un petit stop chez Barnes and Noble, une librairie. Depuis la tour du centre, on peut avoir une vue sur toute la ville. Ce n’est pas aussi haut qu’à New York mais ça vaut la peine. Sauf aujourd’hui puisque le sommet est plongé dans les nuages. On poursuit par le petit déjeuner chez Max Brenner, un bar à chocolat près de la bibliothèque.

Direction ensuite Newbury Street, la plus belle rue commerçante de la ville, pour faire une tour chez Georgetown Cupcake !

Boston

Boston

Qu’est-ce que je me réjouissais de pouvoir y retourner ! Les cupcakes c’est souvent très joli mais décevant au goût (la chantilly industrielle colorée en rose non merci) mais là tout est parfait ! Il faut dire que ça tourne et qu’ils en produisent toute la journée. Pas de risque de tomber sur un gâteau tout sec. Le plus dur est encore de choisir ! Si vous avez l’occasion à Boston ou ailleurs (6 magasins), testez les !

Le musée des beaux-arts étant une activité assez prisée pour les journées pluvieuses, nous sommes loin d’être seuls. Mais il est tellement grand et agréable que finalement, cela n’est pas pensant. J’adore cet endroit. Ça doit être le musée que j’ai le plus visité dans ma vie. Comme on sait qu’on ne pourra pas tout voir, on donne la priorité au département des arts américains présentant peinture, mobilier, design et reconstitutions de pièces d’époques.

Le département des arts asiatiques vaut également le détour tout comme celui dévolu à l’antiquité. Nous terminons par l’art européen avec Monet ou Degas.

Boston

Boston

Boston

Boston

 

Ce soir c’est retrouvailles !

D’abord un apéro avec une amie plus vue depuis longtemps et ensuite un petit bout avec mon colocataire qui vit toujours là-bas. Ça fait plaisir ! Et je constate que les restaurants Cheesecake factory ont toujours autant de succès. Peut-être aurait-on dû aller chez Legal seafood ? Mais non c’est très bon et très sympa (même si c’est une chaine). Vu la taille des portions, on n’a plus très faim mais on se laisse quand même tenter par un cheesecake à partager. Délicieux. Et comme il serait bête de se quitter en si bon chemin, on passe boire une blue moon – une bière blanche « belgian style » – ou une Samuel Adams dans un pub avant de se quitter pour prendre le dernier métro.

 

 

Jour 9 : Boston (MA)

 

Il ne pleut plus mais le soleil n’est pas encore franchement avec nous non plus. Cette journée sera dédiée à une belle randonnée urbaine ! A Boston, on se dit tout le temps qu’on va prendre le métro mais que finalement on continue à pied tellement la ville est agréable !

Et pour commencer la journée, rien de mieux qu’un bon brunch au MET sur Newbury street. Avec d’excellents œufs « bénédicte », je suis parée pour la journée !

Nous longeons la majestueuse Commonwealth Avenue pour atteindre le Public Garden toujours très fleuri en ensuite le quartier huppé de Beacon Hill après un coucou aux petits canards qui y sont immortalisés (et que sont souvent habillés en fonction des événements, un peu comme Manneken Pis).

Boston

Beacon Hill est un élégant quartier résidentiel construit dans la première partie du 19e siècle qui appelle à se perdre dans ses jolies rues. S’il y a d’ailleurs bien un quartier où j’aurais aimé vivre lors de mon séjour là-bas, c’était celui-là ! Mais ce sont plutôt des gens comme John Kerry qui y habitent, il y avait donc peu de chance d’y trouver un loyer correct ! 🙂

Boston

Boston

Une autre possibilité pour découvrir le quartier est de suivre le Black Heritage Trail, un itinéraire de 2,6 km révélant plusieurs sites majeurs de l’histoire afro-américaine.

Nous redescendons ensuite vers la State House et le Boston Common, l’un des poumons verts de la ville riche au cœur des locaux. L’étang des grenouilles n’a pas encore été transformé en patinoire…

Après une pause shopping dans Washington Street, nous décidons de suivre un moment le Freedom Trail. Si vous n’avez qu’une journée à passer à Boston, c’est à ce parcours qu’il faut la consacrer ! Il est matérialisé au sol par une ligne rouge qu’il vous suffit de suivre pour découvrir les principaux monuments historiquement importants et/ou liés à l’indépendance du pays sur environ 4 km.

Nous croisons ainsi églises, cimetières, sculptures pour arriver à Quincy Market près de Faneuil Hall. Ce centre commerçant est un ancien quartier d’entrepôts intelligemment restauré, animé par des artistes de rue et où l’on trouve plein de bonnes choses à se mettre sous la dent.

Boston

Boston

Boston

La ligne rouge continue mais nous faisons une pause à la Green Dragon Tavern, une institution ! Nous partons ensuite à la découverte du quartier italien du North End, en constatant que la file devant Mike’s Pastry n’a pas diminué avec les années. Le rendez-vous préféré des fans de cannoli !

Le fil historique se poursuit en passant par la maison de Paul Revere (personnage emblématique de la révolution) est la dernière du 17e siècle qui subsiste à Boston. Nous traversons ensuite le Revere Mall pour arriver à Old North Church et le cimetière de Copp’s Hill.

Le trail traverse ensuite le pont qui enjambe la Charles River pour rejoindre la ville de Charlestown. En passant par d’agréables quartiers, on atteint ainsi le monument de Bunker Hill, obélisque visitable commémorant la bataille du même nom. Si vous passez un jour par là et que vous avez un petit creux, je vous conseille la Warren Tavern qui est la plus ancienne taverne de l’état parait-il (1780) !

Boston

Arrivés à ce stade, nous avons deux options : reprendre le métro ou le bateau ! Évidemment nous allons prendre le bateau ! Cela nous permettra de découvrir USS Constitution, une frégate du 18e siècle, mais surtout d’admirer la skyline au soleil couchant. Et dire que certains prennent tous les jours ce bateau pour aller travailler !

Boston

Notre navette nous dépose juste à côté de l’aquarium. Mais après cette journée à gambader, on accuse tout de même un petit coup de mou. Nous allons donc nous requinquer à la Granary Tavern après une petite hésitation avec le Black Rose tout proche et toujours sympathique. Loster rolls et clam chowder au menu. Il faut bien ça pour fêter notre dernier repas à Boston.

Retour à pied en passant par Newbury Street en admirant les belles vitrines illuminées et courses pour le petit déjeuner du lendemain matin, notamment chez Georgetown Cupcake 🙂

 

La suite…

Boston

 

 

2 Réponses

  1. ah la la le rêve j espère un jour faire ce parcours
    je ne connais pas encore la côte est mais j en rêve
    j ai adoré la Californie mais Boston, la nouvelle angleterre, Newy York
    c est déjà dans la poche avec moi lol

    • Si tu te décides et que tu as besoin d’infos, n’hésite pas ! J’adore cette région ! Mais j’aimerais aussi beaucoup mieux connaitre la Californie 🙂

Laissez un commentaire