Une vie sur pause

Classé dans : En vrac | 13

 

Il y a peu je reprenais la « plume » pour signaler mon retour à la vie normale. Après des mois difficiles et des épreuves que je ne m’attendais pas à traverser, j’allais pouvoir enfin reprendre le cours de mon existence.

Pourtant encore une fois je me suis tue. Et j’ai hésité à réécrire. Par peur d’être impudique si je parlais de ce qui m’arrivait autant que par impossibilité d’évoquer des sujets plus futiles propres à un blog de voyage.

Mais vous êtes nombreux à prendre de mes nouvelles et aujourd’hui je ressens le besoin d’exprimer certaines choses.

La maladie m’a rattrapé plus durement. Si pendant longtemps j’ai cru qu’il s’agirait d’une longue et dure parenthèse, j’avais toujours été convaincue que je pourrais en quelque sorte reprendre ma vie là où je l’avais laissée. J’avais d’ailleurs plein de projets pour marquer le coup.

Évidement ce n’est pas comme ça que cela se passe. Ma vision de la vie a d’ailleurs davantage évolué ces trois dernières semaines que depuis le début des événements. Car il ne s’agit pas d’une parenthèse et il ne s’agit plus de lutter uniquement pour un retour à la normalité. Et ça change tout.

 

Que se passe-t-il dans une vie quand on n’a plus aucun projet ?

Comment organiser une existence quand le temps est suspendu ?

 

Depuis toujours je m’étais dit que si on m’annonçait qu’il me restait 3 mois à vivre, je planterais tout et partirais faire le tour du monde.

Le problème est d’être en état de le faire… Parce qu’il faut quand même tenter de se soigner, que non on ne peut pas tout abandonner et qu’il faut être transportable pour courir le monde.

Heureusement j’ai pu partir en Martinique (et je compte bien vous en toucher un mot). Ce fut une vraie bulle d’air et de bonheur. Le reste n’est que reporté, on essaie de s’en convaincre.

L’été arrive, le sujet des vacances est partout et pour la première fois, je n’ai aucun projet, aucune perspective. Et je me rends compte que c’est un grand vide tant mes escapades rythmaient ma vie.

Je fais donc quelque chose que je n’avais jamais fait : une bucket list. Qui se remplit de jour en jour d’idées plus ou moins réalistes. Une liste qui va de la mer du nord au Pérou en passant par l’apprentissage de recettes de cuisine. Une chose est certaine, j’ai encore bien trop de choses à découvrir pour baisser les bras !

Ce petit billet est aussi l’occasion de remercier toutes les personnes qui m’accompagnent depuis le début et dont l’investissement ne faiblit pas. Oui il y a eu certaines déceptions mais je ne peux qu’être reconnaissante pour tout l’amour que je reçois continuellement. Ce sont ces personnes qui m’apportent tous les petits moments de joie nécessaires pour garder le cap.

La force de l’amitié est certainement la plus belle des découvertes.

Je tiens également à remercier les équipes médicales qui ont croisé ma route. Dans un contexte difficile, elles ont fait preuve d’une efficacité et d’une bienveillance inestimables, tout particulièrement à la Citadelle et au CHU de Liège.

 

A bientôt…

 

Amélia

 

13 Réponses

  1. PICQUEREAU

    Courage « Cousine », je pense fort à vous même si je ne te contacte pas directement pour prendre de tes nouvelles. Tu es une battante, comme ta Maman, et ça, ça paie toujours (tu le sais déjà bien pour elle) Biz.

  2. Je ne t’envoie pas beaucoup de messages de peur de te déranger mais je pense souvent à toi. Bisous Miss A.

    • Les marques de soutien ne dérangent jamais 😉
      Merci beaucoup. Bisous

  3. Devant l’obstacle il y a toujours de nombreuses solutions. J’ai opté pour le voyage inversé. Celui qu’on fait au travers des autres. Faire venir des voyageurs chez moi, et voyager au travers d’eux. Ils m’invitent, aux quatre coins de la planète, et un jour je repartirai ….
    Bon courage : tu trouveras ta solution, je n’en doute pas …

  4. Célia D.

    Coucou A. J’ai hésité à te contacter avant d’organiser mon voyage du « cap des 30 ans » au Japon en avril de cette année pour te demander des conseils. Je ne l’ai pas fait en me disant que tu ne voudrais sans doute pas entendre parler de ça en vivant ce que tu vis actuellement, que ce serait trop futile. Je découvre ton blog seulement aujourd’hui et regrette de ne pas l’avoir lu avant car tes articles sont très intéressants.
    Le périple que tu es en train de vivre te fait escalader des montagnes chaque jour et aura toute sa place ici lorsque tu en reviendras. Je pense fort et à toi.

    • Merci beaucoup pour ton message, c’est très gentil.
      Et alors le Japon ?! 🙂

  5. Chère Amélia,

    J’ai appris il y a peu que tu combattais contre une bien vilaine maladie alors à mon tour je voulais te dire que (et je ne suis pas la seule) je suis à tes côtés et t’envoie toute ma force !!

    Prends bien soin de toi <3

    Shirley

  6. carinne rolain

    Bjr ma belle je viens juste d’apprendre ce qu’il t’arrive … sache que je suis de tout coeur avec toi et que, même en te sachant bien entourée, tu peux faire appel a moi pour quoi que ce soit , je te laisse mon numero 0473 63 04 62, je te souhaite tout le courage du monde et que tu mettes ko cette foutue maladie ! Je pense bien fort a toi
    Carinne , maman de Quentin et Luca

  7. Belle route Amelia…
    Que ce dernier voyage soit beau, doux et apaisant ! Grosse pensée pour toi aujourd’hui… Et surtout pour tes proches.
    Bon vent…

  8. Un autre voyageur

    Comme on dirait là-bas, it’s unfair :'(

  9. carinne rolain

    Tu es partie , j’espere que ton dernier voyage t’apportera la paix .. Nous sommes tous choqués de ton depart et on ne s’en remettra pas je crois, .. la vie est vraiment injuste …

Laissez un commentaire